LIGUE DE BILLARD

CENTRE-VAL DE LOIRE

Samedi 13 et Dimanche 14 Avril s'est déroulé à Rouen, avec le soutien de la CEB, le premier tournoi international de 5 Quilles sur invitation avec l’ambition d’en faire un rendez-vous récurrent.
Cette première édition a vu s’affronter 30 joueurs, en provenance de France, Belgique, Autriche, Luxembourg et République Tchèque.

Trois joueurs de la Ligue de Billard Centre-Val de Loire  - Bongiovanni Gianni (Mer), Cédric Fourré (Mer) et Stéphane Marchisseau (Avoine)  étaient présents à ce tournoi européen.

Nos trois représentants ont plutôt bien performé tout au long de ce weekend. puisque Cédric Fourré se hisse jusqu'au 1/8ème de Finale,  alors que son caramade de club, Gianni se fait éliminé en 1/4 de Finale.

Quant à Stéphane Marchisseau, il réussi à se hisser dans le dernier carré, où il perdit sont match de seulement 15 points!!.

Félicitations à nos 3 représentants.

 

 

 

Eric Cisternas, licencié de l'Académie Drouaise de Billard, a mis au point un système d'imagerie relié à une chaîne youtube. Il nous fait part de son fonctionnement et des spécifications techniques ainsi que son coût.

Voici les informations sur le dispositif :

  • Un mini-ordinateur (type Raspberry pi 3 B+ et ses accessoires)
  • Une Web Cam (full HD)
La chaîne Youtube : Je propose de créer la chaîne (et normaliser les noms es chaines par la même occasion) pour le club si ce n’est pas déjà fait.
Diffusion en direct dès que le dispositif est allumé.
Prérequis :
  • Un accès à Internet avec une box.
  • Wifi disponible et accessible ou un port Ethernet disponible.
Fonctionnement :
  • Allumer le dispositif
  • Attendre 30 secondes
  • Jouer …
Le tout revient à 200 € par dispositif (achat, pré-configuration, installation et déplacement compris).

Contact :

Eric Cisternas

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

0610 252 444

Voilà, hier à dix heures la nouvelle a été officialisée : c’est le breakdance qui a été choisi pour être proposé comme sport additionnel pour Paris 2024. Je ne peux que me réjouir pour eux et féliciter la fédération de breakdance de l’avoir emporté. Je suis déçu, soyons honnêtes. Mais que dire des autres fédérations éconduites en plus de la nôtre ? Comment réagirais-je si j’étais à la tête de la fédération de karaté, de squash ou de pétanque ? Je ne peux pas l’imaginer.

On peut s’interroger sur la forme de cette annonce du COJO*. J’ai été averti par un mail à 10h03 jeudi que le billard n’était pas retenu... J’ai bien conscience que chacun, passionné, pense que c’est son sport qui aurait dû être choisi et qu’à un moment donné tout choix génère des déceptions. Je le comprends. Mais comment aujourd’hui justifier la persistance de cette dichotomie entre sports olympiques ou non olympiques ? N’est-ce que les contraintes économiques qui doivent guider ce choix ? Pourquoi limiter le nombre d’athlètes à 10 500 plutôt qu’à 8000 ou 12000 ? Comment peut-on justifier de mettre dans l’une ou l’autre des catégories tel ou tel sport ? Quels sont les critères ? L’universalité de la pratique ? Le fait que ce sport soit pratiqué partout dans le monde ? Le nombre de licenciés ? La parité homme-femme ? La pyramide des âges ? Les bienfaits pour la santé ? La médiatisation ? 

On voit bien si on met à côté de chacune des questions posées les sports qui nous viennent en tête que cet habillage ne tient pas. La véritable question n’est-elle pas celle de la définition d’un sport ? En dehors de l’histoire, des affinités qu’est-ce qui justifie le maintien de telle discipline plutôt que telle autre ? Qu’est-ce qui doit guider le choix des disciplines inscrites ? 

Je crois sincèrement qu’il faut revoir cette problématique. Aucun sport n’est meilleur ou pire qu’un autre. J’en ai assez que le billard soit dans le mauvais wagon et je pense que d’autres fédérations ressentent ce même sentiment d’exclusion. Ne vaudrait-il pas mieux abolir cette barrière et partir sur d’autres critères ? Ne serait-il pas plus logique de donner à chaque sport et de manière plus équitable, plus « égale » les moyens de se développer ? On demande aujourd’hui aux « petites fédérations » de faire tout comme les grandes. Ce n’est tout simplement pas possible. Avoir un cadre technique à disposition n’est pas la même chose qu’en avoir 3 ou plus. L’efficacité du travail fait par les bénévoles que nous sommes ne peut être comparée au rendement d’un salarié ! On le voit le chantier à traiter est vaste. 

Pour en revenir à Billard 2024 et à notre candidature, certains ne manqueront pas de dire que c’était couru d’avance, que nous n’aurions pas dû nous y prendre comme nous l’avons fait, que nous avons l’air malin maintenant. Je dirai au contraire que malgré le résultat, cette candidature est la meilleure chose qui soit arrivée au billard depuis 30 ans, l’arrivée des billards à poches dans l’hexagone et l’intérêt suscité à l’époque grâce à des diffusions télévisées sur des chaînes payantes. En effet le bilan est plus que positif. Nous avons réussi malgré nos vieilles habitudes à unir les différentes branches du billard sous la même bannière : les fédérations internationales, les joueurs, les industriels ont tous participé. Le retentissement médiatique est sans précédent : jamais les médias n’ont autant parlé du billard, jamais les gens n’ont montré autant de curiosité vis-à-vis de notre sport. L’arrivée de Décathlon dans le billard nous donne à penser que cet engouement ne va pas cesser de sitôt.

Nous ne devons pas renoncer et penser que cette non-sélection sonne le glas de tous nos espoirs. Au contraire ! Nous avons réussi à créer un groupe de travail international Billard 2024 qui a su montrer qu’il était possible de travailler ensemble et d’être ambitieux. Je veux ici les remercier. Fort de cette expérience nous devons prendre au mot le COJO et utiliser la plateforme des JO pour « surfer » sur la vague suscitée par cette candidature. Le WTT* des 11 et 12 mars est bien entendu maintenu et il faudra organiser d’autres événements de cette nature. Rien n’empêche d’imaginer s’inspirer de ce qui va être fait en ouvrant le marathon olympique à tous. Pourquoi ne pas mettre des billards dans un lieu emblématique en 2024 et organiser une manifestation populaire à laquelle chacun pourrait s’inscrire et participer sans distinction d’âge ou de sexe ?

Nous avons, grâce à cet acte de candidature, posé les jalons de ce qu’il faut mettre en œuvre dans les années à venir. La direction à suivre apparait clairement. A nous de faire en sorte que cet investissement porte ses fruits ! Le billard est bien un sport, c’est un sport pour tous et qui plus est, le sport de demain !


Jean-Paul Sinanian
Président de la Fédération française de billard 

Le 22 février 2019

COJO : Comité d'organisation des Jeux Olympiques

WTT : World Team Trophy

C’est avec tristesse que nous avons appris hier le décès de Bernard Bréchère.

Bernard à tenu la présidence du club de Mer pendant 29 ans. En 2016,suite à l'annonce de sa maladie, il a décidé de quitter son rôle de président, mais est resté actif au sein du club jusqu'aux derniers instant de sa vie.

Il a œuvré pour le billard à tous les niveaux, que ce soit au niveau de la ville, du district, de la ligue, mais aussi au niveau fédéral.

C'est une immense perte pour notre sport et un immense vide qu'il laisse dernière lui.

Ses obsèques auront lieu le jeudi 14 février 2019 à 9h45 au funérarium de Mer, la crémation aura lieu à 14h à Blois.

Cédric Fourré

Président de l’AMO.

Madame la Présidente de la Ligue de Billard Centre-Val de Loire ainsi que l'ensemble de son Comité Directeur vous présentent leurs meilleurs voeux pour cette nouvelle année. Qu'elle vous apporte bonheur, santé et réussite.

Se connecter